You are currently browsing the monthly archive for septembre 2009.

power of books Dans le meilleur des mondes, chacun aurait accès à la culture, aux écrits des plus grands auteurs comme des plus petits sans devoir se justifier, sans se voir interdire la moindre page par des autorités bien pensantes et dogmatiques.

Mais il n’en est rien. A l’époque du web tout puissant, de la libre pensée et de la libre expression sur le net (ceci est un autre débat), il existe des pays où les citoyens n’ont pas la libertés de lire les ouvrages qu’ils désirent.

Oh, je ne parle pas forcément de républiques bananières ou de dictatures, mais de pays dits « civilisés ».

Cette semaine, l’association « Banned Books Week » incite les lecteurs américains, par le biais de manifestations à travers le pays, à lire des livres bannis sous couvert de protéger les jeunes générations.

La liste des ouvrages est disponible sur leur site (eng). Il est étonnant d’y voir « Huckleberry Finn » ou « L’attrape coeur », tout deux monuments de la littérature américaine.

Quand l’on sait que certains tentent d’interdire Harry Potter pour « apologie de la sorcellerie »(eng), on imagine bien le chemin qu’il reste à faire pour faire évoluer les mentalités.

Gageons que la France saura resister à l’obscurantisme. Que serions nous sans « Voyage au bout de la nuit » ou « Tintin au Congo » (fr) ?

door3
Cela fait un bon bout de temps que je veux vous parler d’un de mes rêves de gosse (je sais que vous avez le même, ne mentez pas !).
Une bibliothèque secrète. Le genre d’endroit dans lequel on peut se réfugier avec un bon verre et un bon bouquin.
Mais que serait une bibliothèque secrète, si celle-ci était à la vue de tous ?

Je vous propose donc de cacher son entrée et son existence par une porte dérobée (en forme d’étagère). J’entends déjà votre rire de savant fou.
Allez visiter le site de cette entreprise américaine spécialisée dans les passages dérobés ou ce site anglais qui ne fait que des portes dans le plus pur style Dickens.


Je vous mets aussi le lien vers l’un de mes blogs de décoration préférés sur lequel vous trouverez plus de photos sur la bibliothèque de Holly Black (si si, l’auteure des Chroniques de Spiderwick)

Si vous connaissez un artisan français qui fait ce genre de porte, dites le moi !

Enjoy !

faber stack
Une petite note de design aujourd’hui. La nouvelle collection POD de chez Faber & Faber designée par Michael Kosmicki est basée sur un algorithme de Ted Davis. Cet algorithme transforme une chaîne de caractères (comme un titre de livre !) en chaîne de couleur. De quoi faire des couvertures années 70’s !

faber covers

via: Fubiz

Jacques Attali vient de sortir un nouvel ouvrage. Encore un me direz-vous ?
Le sens des choses regroupe des réflexions sur l’avenir de la planète et les confrontent avec une trentaine de sommités dans chaque domaine.
Les plus de ce livre sont les 83 flashcodes disséminés au fil des pages et donnant accès à des contenus pour téléphones mobiles. Ces petits code-barres livreront sur votre petit écran interviews, iconographies, musiques…. Explications de l’intéressé par ici

Une innovation ? Presque ! Malgré ce que nous dit Jacques Attali, ou ce que suggère le portail Orange-innovation, l’hyperlivre comme il convient de l’appeler n’est pas sans rappeler un certain dictionnaire encyclopédique Larousse qui à l’époque, en 2006, proposait déjà cette « innovation ». Un stylo branché au PC permettait de lire des puces (qui ressemblent beaucoup aux flashcodes). Les dites puces offrant l’acces à des contenus sur cd-rom ou sur internet plus d’explication sur le site des numériques.

Même s’il semble y avoir beaucoup de communication autour cette « innovation », le plus intéressant dans la démarche du sens des choses est la possibilité de trouver un compromis entre le tout numérique proposé par les E-books et la frilosité de nombreux éditeurs sur la question de la dématérialisation des contenus. Merci donc à Robert Laffont de défricher le terrain.

Attention quand même, les contenus ne sont disponibles que via certains mobiles d’Orange (un tiers des téléphones sont équipés),  pour les autres il faut envoyer par sms avec le numéro de page du flashcode. En retour, un lien internet vous sera envoyé. Un peu fastidieux tout ça ! A noter aussi que les contenus ne seront accessible gratuitement que pendant une période test de 6 mois. « A terme, il est possible que ces ouvrages soient plus chers, tout dépendra des enrichissements, nous dit l’éditeur. Si c’est du contenu musical par exemple, il est évident que cela aura une répercussion sur le prix. »

En plus :

L’article sur écrans.fr
L’article du Monde
Le site du livre

Jay Walker Library
Photo: Andrew Moore

C’est la rentrée et avec ça une question que l’ont doit se poser, que faire de tous mes livres de cours ?
Cette semaine, je vais faire un petit focus sur les bibliothèques, les étagères etc…

Pour débuter, et pour avoir un peu d’inspiration, jetons un coup d’œil à la bibliothèque de Jay Walker.

Ce jeune entrepreneur du numérique de 52 ans a toute une collection de trucs.
« Ce qui me plait c’est de mettre tous ces trésors côte à côte pour faire des connections insensées ».

Donc pèle-mêle, on y trouve des accessoires des James Bond ou des premières éditions de Dickens.

Tout un article lui est consacré dans le célèbre Wired magazine.

Enjoy !

Lectures du moment

De la bd et un Thomas Pynchon

Pensées en passant

"Le livre, comme livre, appartient à l’auteur, mais comme pensée, il appartient—le mot n’est pas trop vaste—au genre humain. Toutes les intelligences y ont droit.

Si l’un des deux droits, le droit de l’écrivain et le droit de l’esprit humain, devait être sacrifié, ce serait, certes, le droit de l’écrivain, car l’intérêt public est notre préoccupation unique, et tous, je le déclare, doivent passer avant nous."


Victor Hugo

Catégories