Alors que j’attends (avec impatience) mon Kindle Touch, je me questionne sur la nature même du livre.

– Sachant que les ouvrages imprimés sur de la pâte à papier de mauvaise qualité ne résistent pas à l’usure du temps et qu’un livre est rarement lu deux fois, j’ai décidé de passer à l’e-book. Je pourrai ainsi ne pas encombrer mes bibliothèques de littérature « jetable » (qui ne se lit qu’une fois) et garder les ouvrages qui valent vraiment le coup (en plus je trouve personnellement les livres non reliés disgracieux sur les étagères).

– Je suis un fétichiste de l’objet livre quand celui-ci vaut le coup (en terme de typo et de qualité papier/reliure), un « biblio-nécrophile » comme pourrait me surnommer le magazine Wired (un fanatique de livre qui s’attache à une forme de l’objet livre condamnée à disparaitre). Voila le pourquoi des vidéos du jour.

Arion Press publie des livres à l’ancienne. Découverte de Lewis Mitchell, typographe.

Chaîne de création d’un livre chez Smith-Settle Printers, Leeds, Angleterre

Birth of a Book from Glen Milner on Vimeo.